TSX: G $ 16,15 +0,28 +1,76% Volume: 2 748 493 septembre 25, 2017
NYSE: GG $ 13,06 +0,19 +1,48% Volume: 7 016 306 septembre 25, 2017
GOLD: US $ 1 293,30 +2,70 +0,21% Volume: 336 septembre 22, 2017

Mobile Search

Notre politique consiste à rechercher et, dans la mesure du possible, à créer des partenariats avec les peuples autochtones et indigènes afin de favoriser une culture axée sur l’indépendance économique, la responsabilité, l’entrepreneuriat et la gestion d’entreprise.

Dans tous nos sites d’exploitation, nous nous efforçons également de créer des occasions d’emploi et d’affaires à l’intention des collectivités autochtones et indigènes locales, tout en tenant compte de leurs pratiques sociales et culturelles et en soutenant ces pratiques. Nous cherchons également les occasions d’offrir une formation culturelle à nos employés et entrepreneurs qui ne sont pas issus de la collectivité autochtone afin de les préparer à travailler dans une nouvelle culture, ou dans un contexte culturellement diversifié.

Goldcorp est membre du Conseil International des Mines et Métaux (ICMM) et à ce titre, nous nous sommes engagés à mettre en œuvre le Cadre de développement durable de l’ICMM et à évaluer notre rendement. Au soutien de son Cadre de développement durable, l’ICMM a élaboré des déclarations de position sur certains des principaux défis auxquels l’industrie minière est confrontée. La Déclaration de position de l’ICMM sur les mines et les peuples autochtones définit l’approche des membres de l’ICMM, dont Goldcorp, en ce qui concerne les relations avec les peuples autochtones. La vision de l’ICMM prône des relations constructives entre l’industrie des mines et des métaux et les peuples autochtones, fondées sur le respect, un engagement concret et des avantages mutuels, en tenant compte tout particulièrement de la situation spécifique et historique des peuples autochtones. Vous pouvez télécharger la déclaration de position ici.

Étude de cas : Créer une valeur partagée en partenariat avec les collectivités locales

En janvier 2012, le chef Rodney Mark de la Nation crie de Wemindji, située dans le Nord-du-Québec, a visité la mine Marlin de Goldcorp afin de rencontrer les dirigeants indigènes de la région et constater par lui-même les avantages concrets que peut offrir le partenariat avec Goldcorp.

Voici les impressions du chef Rodney en ce qui concerne l’approche de partenariat de Goldcorp et le respect des cultures indigènes dont faire preuve la société, après sa visite de la mine Marlin et compte tenu de son expérience suite à sa collaboration avec Goldcorp au cours des quatre dernières années. En 2011, Goldcorp a signé une entente inédite avec la Nation crie de Wemindji et le Grand Conseil des Cris concernant le projet Éléonore au Québec.

Étude de cas : Aider les Premières Nations locales à jouer

Dans le cadre d’un partenariat avec le ministère des Affaires autochtones du gouvernement de l’Ontario et le programme Right to Play, Goldcorp aide plus de 1 000 enfants et adolescents autochtones à développer des aptitudes de leadership.

Avec le soutien de Goldcorp, le programme PLAY (Promoting Life-skills in Aboriginal Youth) s’est étendu pour profiter à 39 collectivités des Premières Nations dans la province de l’Ontario. Le programme PLAY vise à former de jeunes leaders dans la collectivité et à leur donner les outils nécessaires pour réussir et créer un changement favorable. Pour en savoir davantage à propos du programme PLAY, visitez le site www.righttoplay.com.

Étude de cas : Un accord de collaboration historique avec la Nation crie

Le 21 février 2011, Goldcorp a signé un accord de collaboration avec la Nation crie de Wemindji, le Grand Conseil des Cris et l’Administration régionale crie. Cet accord définit et scelle un partenariat unique pour la prospérité durable grâce à la future réussite du projet Éléonore.

Cet accord qui a exigé quatre ans de préparation est fondé sur un résultat ayant obtenu l’appui de toutes les parties prenantes : conjuguer les intérêts de Goldcorp avec ceux de la collectivité et optimiser les moyens grâce auxquels la mine pourra être mutuellement profitable, et assurer la prospérité durable de chacun.

Aux dires du chef Rodney Mark de la Nation crie de Wemindji, le processus s’est davantage apparenté à une séance de remue-méninges qu’à un processus de négociation : « Je sais que la raison d’être d’une entreprise est avant tout de réaliser des profits et que les profits ne font pas partie de notre tradition, alors au départ, je craignais que nous devions nous battre pour la moindre chose », a-t-il déclaré. « L’ambiance aurait pu être conflictuelle – nous nous étions préparés à cette éventualité. Mais les discussions ont été ouvertes et sincères et, dès le départ, il est devenu évident que nous allions former une seule équipe. »

John Paul Murdoch, conseiller juridique de la Nation de Wemindji du Nord-du-Québec, a été impressionné. « Nous ne pouvions en croire nos oreilles – à quel point la société était réellement déterminée à faire profiter notre collectivité, à quel point elle se souciait vraiment de notre environnement, de nos traditions, de nos jeunes, de tout. »

En vertu des conditions de l’accord, les Cris collaboreront à la mise en valeur et à l’exploitation de la mine, qui devrait prochainement compter de 800 à 1000 employés.

Goldcorp investira dans la construction d’un centre de formation cri dans l’espoir qu’un pourcentage important des employés de la mine seront issus de la collectivité crie. L’exploitation de la mine nécessitera un large éventail de compétences professionnelles et spécialisées et de compétences en gestion, en commerce et en administration.

Selon Me Murdoch, « jusqu’ici, que l’on parle du monde politique, de l’industrie, ou de la force ouvrière, les Cris représentaient toujours moins de 1 % de l’effectif même s’ils constituent la majorité de la population. Cette situation pourra dorénavant être corrigée, mais il nous appartiendra de faire preuve de volonté et de compétence. »

Le chef Rodney Mark est d’accord. « La prochaine étape, c’est de nous occuper de la formation. Il est temps de créer une dynamique, de l’enthousiasme et une volonté de participer à ces nouvelles perspectives. Pour cela, il faudra accepter de changer un peu de mode de vie, car, ici, la chasse et la pêche accaparent beaucoup de temps. Mais quand les gens réaliseront la diversité des emplois disponibles, les salaires et la souplesse des horaires de travail – deux semaines de travail suivies de deux semaines de congé – ils verront que cela convient parfaitement à leur style de vie. »

La mine stimulera la création d’une multitude de petites entreprises et soutiendra les entreprises existantes qui offrent des services de construction routière, de terrassement et d’énergie éolienne. Certaines familles envisagent d’ouvrir des camps de pourvoirie afin d’offrir des randonnées guidées de découverte, de pêche et de chasse. D’autres entreprises s’installeront au fur et à mesure que l’exploitation de la mine s’accélèrera, et le chef Rodney Mark espère que les femmes y participeront pleinement. « Les femmes jouent un rôle déterminant dans notre collectivité, et la plupart de nos étudiants postsecondaires sont des femmes. Elles peuvent réaliser toutes leurs aspirations. »

TSX: G $ 16,15 +0,28 +1,76% Volume: 2 748 493 septembre 25, 2017
NYSE: GG $ 13,06 +0,19 +1,48% Volume: 7 016 306 septembre 25, 2017
GOLD: US $ 1 293,30 +2,70 +0,21% Volume: 336 septembre 22, 2017